Faire de la spéléo sous une coulée de lave, à quelques kilomètres d’un volcan actif

By 15 décembre 2019Non classé

Faire de la spéléo sous une coulée de lave, à quelques kilomètres d’un volcan actif, ce n’est pas courant. Pour y faire de la musique encore moins! Julien Dez, guide spéléologue, a l’habitude de guider ses clients dans les tunnels de laves refroidies. Celui d’août 2004, au Grand Brûlé, a été créé à la suite d’une des nombreuses éruptions du Piton de la Fournaise. Imaginez un vaste champ de lave craquelé et boursoufflé. À la suite de notre guide, on pénètre à l’intérieur du tunnel par une cavité. Casqué et équipé de lampe frontale, on évolue, voûté, parfois à quatre pattes, dans ce boyau de 2,5 km de long. Frisson en imaginant qu’une rivière de lave, liquide et très chaude (1200°C), coulait au même endroit il n’y a pas si longtemps. «C’est l’une des cavités les plus jeunes du monde!», affirme Julien en montrant le plafond de lave vitrifiée et les draperies délicates marron glacé. Bientôt, on atteint une petite grotte, dont le plafond est transpercé par les racines de plantes pionnières. L’expérience du noir complet commence quand on éteint les frontales. Silence absolu, seulement troublé par les gouttes d’eau venues de la surface. Le temps s’écoule, incertain: 5 minutes? 10 minutes? 20 minutes? C’est alors qu’une pluie de rythmes créoles jaillit dans l’obscurité. Un quatuor équipé d’instruments traditionnels (percussions africaines, guitare, n’goni, kalimba) nous a rejoints. La musique, envoûtante, emplit la grotte de lave de ses joyeux crépitements. Le temps et l’espace ont disparu, reste le rythme. Un conteur créole s’invite aussi, parfois. Un voyage musical, original et inattendu au centre de la Terre.

50 € la sortie de 4 h (35 € tarif enfant)..

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.